Le grimpeur végétalien qui est arrivé à l'Everest et a souffert du mal d'altitude

Nous avons récemment connu le cas malheureux de Maria Strydom, une Australienne de 34 ans décédée vendredi dernier dans l’ascension de l’Everest. Quel objectif avez-vous recherché lorsque vous avez atteint le plus haut sommet du monde et conquis ainsi les sept plus grandes montagnes de la Terre, situées dans l'Himalaya? Quoi "Les végétaliens peuvent tout faire".

En fait, une semaine auparavant, Strydom avait accordé une interview à un journal de l’Université de Melbourne dans laquelle il travaillait. Dans ce document, il a assuré que le but principal pour lequel il avait mené cette aventure était celui de réfuter la croyance répandue selon laquelle les végétaliens sont "faibles" et "mal nourris".

"Il semble que les gens ont une idée que les végétaliens sont mal nourris et que nous sommes faibles il a dit dans l'interview. En gravissant les sept sommets, nous voulons montrer que les végétaliens peuvent faire n'importe quoi et plus encore. "

Selon les informations dont on dispose, vendredi dernier, Strydom a fait face à la dernière attaque au sommet, concrètement à partir du camp de base 4 (considéré comme le plus haut de la montagne). Alors que son mari a réussi à atteindre 8 848 mètres d'altitude, elle a dû rentrer après avoir commencé à se sentir mal.

Peu de temps après sa mort, Strydom souffrait du mal d'altitude, comme le hollandais Eric Arnold, de 35 ans, qui, bien que certain, a également réussi à conquérir la montagne avec le mari de Strydom, est également mort dans la descente.

Depuis lors, de nombreux médias se sont fait l'écho de cette terrible nouvelle, suggérant parfois que c’était en fait le fait d’être végétalien qui avait empêché Strydom d’atteindre le sommet souhaité et de décéder peu de temps après. Mais ce n'est pas vrai du tout:

Qu'est-ce que le mal d'altitude?

Celui connu sous le nom mal d'altitude, aussi appelé simplement comme mauvaise montagne, est une maladie qui peut toucher toute personne qui monte trop vite à une montagne. Cela se produit généralement lorsque vous atteignez une altitude élevée (plus de 3 000 mètres), ou même lorsque vous voyagez uniquement dans des villes situées en hauteur, comme c'est le cas, par exemple, de La Paz en Bolivie).

C'est-à-dire que c'est une maladie qui peut toucher non seulement les voyageurs, mais surtout les alpinistes, les skieurs et les randonneurs.

Apparaît par la combinaison d'une faible concentration en oxygène à haute altitude et d'une réduction de la pression atmosphériqueet, le cas échéant, des symptômes bénins, tels que: insomnie, maux de tête, nausées, vomissements, perte d’appétit, sensation de vertige, vertiges, fatigue, pouls rapide et détresse respiratoire aggravée par les efforts physiques.

Cependant, des symptômes plus graves peuvent également survenir, tels que: détresse respiratoire, cyanose (décoloration bleuâtre de la peau), expectoration sanglante, confusion mentale, œdème cérébral (teint gris ou pâle), état de conscience réduit, incapacité absolue de marcher (ou de le faire en ligne droite) et l'isolement de l'interaction sociale. Un œdème cérébral ou pulmonaire peut également se développer.

Le traitement médical de base comprend essayez de descendre le plus vite possible à des altitudes plus basses, appliquer de l’oxygène dans un masque et le faire selon un certain équilibre rationnel de sécurité.

Pourquoi le véganisme n'est pas ce qui a causé la mort du randonneur?

Très simple, fondamentalement parce que le véganisme n'aurait pas pu causer la mort du randonneur, puisque Strydom est mort en montant puis en descendant très vite après avoir tenté d'atteindre le sommet, en raison de la diminution progressive de la pression atmosphérique. -partial- de l'oxygène dans l'air qui a inspiré.

En d'autres termes, le véganisme ne peut causer un déséquilibre ou un déficit nutritionnel que si un régime correct et adéquat n'est pas suivi, sans jamais causer la mort.

Cela se traduit par quelque chose d'encore plus simple: le mal d'altitude ne dépend pas de la forme physique de la personne, ce qui peut même toucher les athlètes et les athlètes les plus expérimentés.

Puisque l'oxygène est essentiel à la vie, sa diminution soudaine provoque des altérations importantes de notre santé, de sorte que rester pendant un temps certainement excessif peut même causer la mort.

Pour cette raison, il est très important, avant la descente, de subir une période d’acclimatation aidant l’organisme à s’adapter aux basses pressions en oxygène, car le mal des montagnes survient lorsqu’on monte rapidement d’une hauteur à une autre. plus haut et rester à cette hauteur sans acclimatation préalable adéquate.

Vu dans Daily Mail etLe monde. Des thèmesVégétalien

Comprendre la situation à Gaza en cartes (Février 2021)