Les risques de devenir enceinte après 40 ans

Alors que la femme tourne à l’âge de 40 ans, sa fécondité a tendance à diminuer considérablement. Par conséquent, les spécialistes de la fertilité indiquent que le moment idéal pour avoir un bébé et avoir un bébé se situe entre 20 et 30 ans, conseillant même à ceux qui ont 30 ans de ne pas trop attendre, surtout s'ils veulent avoir plus d'un enfant (et en fait n'ont pas eu le premier).

C'est plus, La fécondité a tendance à être étroitement liée à l'âge de la femme, de sorte que la femme aura tendance à être plus fertile plus elle sera jeune. Mais cette situation n’est pas seulement liée à la fertilité, mais également à la qualité de la grossesse elle-même et aux risques possibles.

Ainsi, par exemple, lorsque la femme approche de la décennie des 30 les chances d'obtenir la conception sont juste un peu plus faibles qu'à la fin des années 20 (considéré comme le stade le plus fertile), tandis que le risque d'avortement spontané ou d'avoir un bébé avec le syndrome de Down est juste un peu plus élevé.

Cependant, comme le disent de nombreux spécialistes et avertissent, à partir de 35 ans, la baisse de fertilité commence à s'accentuer, alors que le risque de complications ou d’anomalies congénitales est beaucoup plus grand.

Les risques pour le fœtus

Selon une étude récente menée par l'hôpital universitaire Sanitas La Zarzuela de Madrid, Les femmes enceintes âgées de 40 ans ont 6% plus de risques d'avoir un bébé présentant des anomalies chromosomiques et 1% de malformations structurelles., comparé aux femmes qui tombent enceintes avant les années 1940.

Selon cette étude, malformations structurelles ont tendance à se multiplier atteindre 3,7%, alors que 34% des femmes enceintes à cet âge subissent un dépistage combiné à haut risque, un dixième d'anomalies chromosomiques chez le fœtus et 6% d'entre elles sont atteintes du syndrome de Down.

De plus, il est plus courant qu'au moment de la livraison le bébé présente un faible poids à la naissance.

Les risques pour la mère

Mais les risques ne concernent pas que le fœtus, mais aussi la mère. À mesure que la femme vieillit, une série de changements physiologiques se produisent qui rendent le développement de la grossesse moins facile, ce qui peut entraîner une augmentation des problèmes de placentation qui affectent finalement le régime alimentaire du fœtus.

Comme indiqué dans l’étude, selon une recherche publiée dans Journal de médecine périnataleUne placentation anormale résultant de la grossesse après 40 ans est l’une des causes de la rupture utérine.

Aussi le risque de diabète gestationnel, d'hypertension et d'hémorragie est plus grand, ce dernier étant l’un des risques les plus importants, outre celui qui survient au moment de l’accouchement, l’utérus ne se contracte pas. Cet article est publié à titre informatif seulement. Cela ne peut pas et ne devrait pas remplacer la consultation avec un médecin. Nous vous conseillons de consulter votre médecin de confiance. Des thèmesConception

La grossesse après 40 ans (Décembre 2021)